Accès prescripteurs

Connexion

Accès prescripteurs


Logo AJR

Prestataire de services
médico-techniques

ThinkstockPhotos-465321697
La nutrition entérale est préconisée lorsque l’alimentation par voie orale est difficile, insuffisante ou impossible et se caractérise par des ingesta journaliers inférieurs au 2/3 des besoins théoriques du patient.
ThinkstockPhotos-100044754-small
C’est une technique de nutrition artificielle qui permet d’administrer l’alimentation sans passer par la bouche. Un tube digestif fonctionnel et l’adhésion au protocole de soin du patient sont deux conditions essentielles à sa mise en place et à son utilisation.

Les différentes indications se réunissent autour d’une même problématique : « Une balance énergétique négative » qui peut être causée par un ou plusieurs facteurs :

  • une affection du tube digestif (œsophagite)
  • un trouble de la déglutition et/ou de la mastication
  • une prévention ou traitement d’une dénutrition
  • un besoin accru en protéines (cicatrisation, infection…)
  • une alimentation d’appoint en gériatrie et en psychiatrie

Deux voies d'abord sont alors possibles :

  • Si la durée prévisible est inférieure à 1 mois → Sonde nasogastrique
  • Si la durée prévisible est supérieure à 1 mois → Gastrostomie percutanée endoscopique

Le matériel mis en place au domicile du patient permet d’administrer la nutrition entérale en toute sécurité, et permet l'application des règles professionnelles et de bonne pratique de délivrance et des services. Il comprend notamment :

  • un pied à sérum
  • ne pompe spécifique pour administrer avec précision la nutrition entérale
  • des poches nutritives adaptées aux besoins de chaque patient et éventuellement des compléments nutritionnels oraux si nécessaire
  • des tubulures d’alimentations entérales à usage journaliers
  • des sets de soins mis à disposition des infirmiers libéraux
  • du nécessaire pour l’hygiène des mains et des sacs à élimination des déchets

Pour remplir au mieux mon rôle au sein de l’entreprise et garantir une prise en charge la plus adaptée possible, je suis parti d’une idée simple : le patient est mon partenaire de soin. Lors de l’installation du matériel au domicile, le diététicien doit harmoniser le plus possible la transition du patient de l’hôpital à son domicile. En effet, ce passage peut être vécu comme très anxiogène. Ceci passe notamment par la fourniture d'un livret de nutrition entérale à domicile et d'un carnet de suivi, mais également par de la formation aux matériels utilisés pour les infirmiers libéraux, le patient et son entourage. Il faut également sensibiliser sur l’importance de l’observance du protocole nutritionnel mis en place avec des conseils, de l’éducation et des explications. En effet la nutrition n’a pas une image « médicamenteuse » mais elle fait partie intégrante du traitement.

La mise en place d’un suivi nutritionnel au domicile du patient sous forme de comptes rendus (fait à J0, J14, J28, J56… ou à la demande) ainsi qu’un appel dans les 72h après l’installation du patient assurent un partage de l’information au sein de l’équipe et permet d’ajuster les modalités de la prise en charge et d’assurer la cohérence et la complémentarité des interventions des différents acteurs de soins. Il s’agit donc de créer un lien de confiance et de co-construire un véritable partenariat entre les équipes hospitalières et le prestataire de service. Nous devenons donc les « yeux » du service hospitalier. Il faut être à ce moment-là le plus réactif possible pour permettre les premières remontées d’informations et désamorcés d’éventuels problèmes rencontrés.

Être rappelé